MARIE FLORE


BIOGRAPHIE

Effrontée. Ironique. Désinvolte. Mais très proche de nous. Avec Je sais pas si ça va, Marie-Flore enfonce le clou de son Braquage de 2019. Toujours mordante et lancinante, sa pop se veut plus universelle encore, tant du point de vue sonore que textuel. Sans perdre son sens de la formule qui n’appartient qu’à elle.

« Je sais qu’il existe des peines heureuses et des joies tristes », chante-t-elle sur la superbe ballade Je sais qu’il est tard, premier titre écrit pour cet album. Avant de préciser, car on ne se refait pas : « faut pas déconner / faut pas trop m’en demander. » Écrit et enregistré entre juin et décembre 2021, dont deux sessions en huis clos dans une maison du Gard, au début des Cévennes, Je sais pas si ça va est le fruit de la créativité de Marie-Flore, entourée de la même équipe que celle de Braquage : Baptiste Homo et Clément Agapitos, qui forment le duo OMOH, ainsi que Pierre-Laurent Faure. Dans le viseur, l’envie de traiter ce en quoi les ressentis nous réunissent tous, surtout après deux années difficiles de crise sanitaire qui ont bouclé bien des relations.

Mais hors de question de s’apitoyer sur son sort. À la fois brute de décoffrage et sophistiquée, pourvue d’un humour piquant, souvent à contre-courant, ou en tout cas ancrée dans son temps, Marie-Flore manipule ici une pop franche, immédiate, plus sensuelle que jamais. Allergique aux idolâtries, riche d’influences éclectiques qui ont jalonné son parcours, elle a cependant aimé se laisser emporter par les pop songs à grande échelle façon Dua Lipa. Il faut de la lumière, il faut de la chair.

Ainsi, sur Je sais pas si ça va, on danse. Les beats piochent du côté de l’EDM, de la synthpop, de la dance nineties, l’électro et l’organique se nourrissent jusqu’à former un ensemble aussi intense que minimal. C’est ça, la force de frappe de Marie-Flore, anti-héroïne de film noir mais vraie star du micro et des mots. Marie-Flore a toujours tout écrit, et remarquablement bien. Qu’elle soit sexy dans Mieux en mieux : « on s’envoie en l’air, façon canadair, et je tentais d’éteindre le feu. » Mélancolique dans Ca m’arrangerait : « Restons comme deux étrangers côte à côte comme deux tableaux dans un musée ». Féroce dans Si jamais : « si jamais je te blesse, c’est pour la beauté du geste. » Insolente dans TDC : « Tous des connards, c’est bien connu ». Ou faussement maître de son destin lors de l’idéale conclusion du disque, Bientôt : « bientôt je toucherai le gros lot, l’amour avec cinq zéros, c’est pas trop tôt. » L’intimité de Marie-Flore est fédératrice, servie par une plume littéraire et aiguisée qui, même mélancolique, détourne vraiment le propos du pathos. Et de cultiver plusieurs niveaux de lectures.

Ce nouvel album est aussi l’occasion de s’éloigner de l’amour déçu décrypté dans un Braquage plus auto-centré – s’ouvrir à l’altérité. Le mode épistolaire, moteur narratif par excellence de Marie-Flore, est moins défini que sur son prédécesseur.  D’où ce drôle de titre, Je sais pas si ça va, quelque part entre bon mot et aveu, à la fois opaque et direct. Et dont la chanson homonyme rejette les injonctions au bonheur assénées depuis trop longtemps. Et, avec 20 ans, Marie-Flore s’attaque au jeunisme ambiant : « Je ne suis pas une enfant / Et encore moins une maman (…) merci, je suis au courant. »

« Dis-moi quand l’amour se déclare/ S’il débarque comme un lapin dans les phares », assène-t-elle dans Si jamais, décidément reine de la punchline. Pince-sans-rire mais pas distante… Car l’amour reste la grande affaire de Marie-Flore, qui en explore davantage le corps que le mental. Entre ballades intemporelles (Je sais qu’il est tard, Je me connais, Ca m’arrangerait) et hymnes plus catchy (Mal Barré, Mieux en mieux, Ca va passer), cultive une ligne pop fédératrice, mélodiquement envoûtante, aux pulsations obsédantes. Mais le sens de l’esthétique n’en exclut pas le prosaïque de certaines situations. En captant les humeurs de l’époque comme les siennes, Marie-Flore ravive nos propres émotions.

Pas de dédoublement de personnalité ici, pas de posture. Son titre annonce la couleur : Je sais pas si ça va est 1000% sincère, sans l’ombre d’une concession, ultra séduisant. À l’image de sa créatrice qui, en l’espace de 13 morceaux, nous fait un bien fou.

NUMERO

LES INROCKS

MODZIK